Justice pour AZZOUZ

jeudi 28 avril 2005
mis à jour vendredi 29 avril 2005

Samedi 13 février 2005, un ouvrier marocain de 40 ans, Azzouz Hosni, syndiqué au SOC (Syndicato de Obreros del Campo), a été assassiné par un groupe de personnes près d’un bar à El Ejido, cette ville de la province d’Almeria en Andalousie tristement célèbre pour avoir été le théâtre d’un pogrom anti-marocain en février 2000. (Voir l’article du journal fédéral sur cette affaire)

Le SOC et la famille d’Azzouz Hosni ont lancé deux pétitions, que vous trouverez ci-dessous, à renvoyer à :

- Fax de la Subdélégation du Gouvernement d’Almeria : (0034) 95 02 35 799

- Adresses électroniques :

Prière d’envoyer une copie
- au SOC d’Almeria almeria@ustea.org
- et au groupe ATTAC Méditerranée
groupe-mediterranee@attac.org


PETITION

POUR UNE ENQUETE SUR LE MEURTRE D’AZZOUZ HOSNI

POUR L’ARRET DES AGRESSIONS VIS-A-VIS DES IMMIGRES A EL EJIDO

POUR LA COHABITATION PACIFIQUE ENTRE TOUS LES HABITANTS D’ALMERIA, NATIFS ET IMMIGRES

Les organisations et personnes qui ont signé cette pétition s’adressent à vous pour faire connaître le climat d’insécurité qui existe actuellement dans la municipalité d’El Ejido en Andalousie ainsi que dans d’autres localités de cette province, affectant principalement les travailleurs immigrés mais aussi tous les travailleurs, provenant d’Almeria ou d’ailleurs, et pour vous demander de le
dénoncer et d’exiger des autorités qu’elles y mettent fin.

Samedi 13 février, un camarade marocain du SOC-Almeria de 40 ans, Azzouz Hosni, a été assassiné par un groupe de personnes près d’un bar de la rue Almeria à El
Ejido, sans autre motif apparent que le mépris et le harcèlement dont souffrent tous les immigrés de la part de secteurs minoritaires sans scrupules. Azzouz travaillait dans les cultures sous serres et dans la construction, il résidait à El Ejido depuis cinq ans et n’avait aucun antécédent de violence ou de délinquance, vivant dans une situation économique absolument précaire. Cet attentat est le point culminant d’une suite d’agressions permanentes sur les immigrés, particulièrement marocains, provenant de groupes violents, toujours impunis, et d’une attitude de harcèlement permanent de la part de la police qui,
sans arrêt, maltraite, détient, fouille et menace les immigrés sur la voie publique sous prétexte de contrôles de routine. Un harcèlement qui, en plus de son caractère excessif et humiliant, est aussi discriminatoire, puisqu’il n’est pas exercé, pour le moment, envers d’autres populations dans une situation similaire.

Il est clair qu’un tel climat ne peut pas être attribué à la population d’El Ejido et d’Almeria en général. Ce sont des groupes, plus ou moins organisés, appuyés par des intérêts économiques, administratifs et policiers, qui, sous des
idéologies xénophobes et fascistes, maintiennent un climat de peur et de division entre les différents groupes de travailleurs. Tout cela pour que personne n’élève la voix contre la situation d’exploitation des saisonniers
immigrés dans les serres, dans la manutention, les services et dans d’autres secteurs comme la construction, où les conditions d’insécurité entraînent de nombreux accidents du travail, souvent mortels. L’existence de pouvoirs
économiques et politiques qui amassent d’énormes fortunes et tirent profit de toute cette situation, n’échappe à personne.

L’administration et la justice n’ont pas été capables de réagir de manière adéquate pour freiner cette violence. La majorité de ces agressions ne sont pas dénoncées par les victimes et témoins de peur de représailles de la part des
mafias et de mauvais traitements par la police. Dans tous les cas, on associe ces agressions à des règlements de comptes, au trafic de drogue ou à des bagarres entre immigrés. Dans ces conditions, on comprend que la population d’El Ejido ait autant de préjugés contre les immigrés, vu les manœuvres permanentes de la police à leur encontre, les parti pris des medias et les déclarations des politiciens les accusant de tous les problèmes. Personne ne parle de
l’importance du travail des saisonniers immigrés pour assurer la production agricole d’Almeria, principal moteur économique de la province, au bénéfice de tous ses habitants. Sans leur travail et leurs efforts quotidiens, souvent sans papiers et dans des conditions sociales précaires, sans celui des petits entrepreneurs agricoles et des travailleurs en général, le développement économique et social d’Almeria n’existerait pas.

Pour toutes ces raisons, nous considérons indispensable qu’une enquête soit ouverte sur l’assassinat d’Azzouz Hosni. L’identification de ses responsables directs et des motifs du crime serait un premier pas vers une politique efficace
de la part de la Subdélégation du Gouvernement d’Almeria, du Commissariat de Police, des Administrations locales et des Tribunaux, dans le respect de la dignité et des droits des personnes immigrées. Une politique qui pourrait réfréner la vague d’agressions perpétrées dans l’ombre et en toute impunité durant ces dernières années. C’est uniquement de cette manière que nous pourrons redresser la mauvaise image acquise par notre région lors des événements xénophobes de février 2000. Les Jeux Méditerranéens 2005 à Almeria sont une bonne occasion de montrer au monde qu’il existe une volonté sérieuse de mettre fin à cette situation lamentable d’insécurité dans le secteur le plus faible de notre société : les travailleurs. Nous voulons miser sur une justice effective et sur l’égalité de traitement comme bases d’une meilleure entente, d’un respect réciproque et d’une cohabitation pacifique entre personnes de différentes
ethnies, origines et cultures avec lesquelles nous vivons dans cette province.

JUSTICE POUR AZZOUZ HOSNI
QUE CESSE L’IMPUNITE POUR LES AGRESSEURS DES IMMIGRES
QUE CESSENT LE HARCELEMENT ET LES HUMILIATIONS PAR LA POLICE
POUR LE RESPECT DES DROITS DE TOUS LES TRAVAILLEURS

Nom de la personne ou de l’organisation :
Domicile :
Signature et timbre :

RTF - 15 ko
Télécharger le texte de la pétition

POUR UNE POLITIQUE DE COHABITATION PACIFIQUE A ALMERIA

Le SOC et la famille du marocain tué à El Ejido (Almeria) exigent« l’éclaircissement sur l’ assassinat raciste d’Azzouz Hosni »

Suite à l’assassinat pour des raisons xénophobes de notre adhérent d’origine marocaine Azzouz Hosni, dans le cadre d’agressions permanentes contre les immigrés qui ont lieu à El Ejido et dans d’autres localités de la province, et
compte tenu du harcèlement policier et de la stratégie d’impunité et de détournement de responsabilités (drogue, disputes, etc.) qui conduit à faire pression sur les témoins de ces actes, nous invitons toutes les organisations et
tous les citoyens à envoyer par fax, e-mail, etc. à la Subdélégation du Gouvernement d’Almeria, un message exigeant les points suivants :

1. JUSTICE POUR AZZOUZ HOSNI, enquête sur l’origine, l’identification des responsables directs, et sur les causes et circonstances du meurtre

2. JUSTICE ET PROTECTION pour les victimes et les témoins d’agressions xénophobes

3. ARRET des opérations de harcèlement, de fouille et de traitements humiliants envers les immigrés d’El Ejido de la part de la Police locale et nationale

4. POLITIQUE DE COHABITATION PACIFIQUE A ALMERIA

RTF - 9.8 ko
Texte de la pétition à envoyer par fax ou par mail

Agenda

<<

2022

 

<<

Mars

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois